La Voix : mes impressions.

 La Voix : mes impressions.

La Voix (crédit photo : TVA / OSA Images)

C’est ce soir que commençait la première saison de cette nouvelle version de La Voix (The Voice) à la sauce TVA et franchement, on peut dire que l’équipe de Productions J n’a pas fait les choses à moitié.

Évidemment, il n’était pas question ici de réinventer la roue, mais bien d’adapter un concept qui a fait ses preuves un peu partout sur la planète. Pari réussi! La production a bien joué ses cartes et a mis de l’avant deux bons participants dès le départ ce qui a eu pour effet de nous faire embarquer dans le trip assez rapidement.

Petite mise en garde pour ceux qui commenceront à écouter La Voix à partir du 2ième épisode (ou qui écouteront cette première en différé) : l’émission se prête très bien aux situations larmoyantes et sirupeuses à souhait, préparez-vous à voir des participants triés sur le volet et dont les vies ne sont pas banales. Un peu comme la sélection faite pour choisir les participants au Banquier, vous voyez le genre?

Des jumelles de Québec, un hybride québécois de Psy et LMFAO, une femme qui chante dans l’ombre des vedettes depuis des années, une jeune fille qui chante pour son père malade, un bluesman d’un certain âge, un Parisien, une Américaine du Texas et un homme qui chante comme une soprano, bref, tout y était.

Les participants étaient bons, polyvalents et tous très différents, le «casting» fonctionnait à fond et rendu là, il fallait que les juges livrent la marchandise. Dans l’ensemble, je vais vous avouer que j’ai été rassuré. En effet, dans un précédent billet, je m’interrogeais quant à la présence de Jean-Pierre Ferland au sein du quatuor, mais force est d’admettre que celui-ci a bien tiré son épingle du jeu et a été fidèle à sa réputation en ne choisissant que des femmes – talentueuses – dans son équipe!

J’ai aimé l’interaction entre les juges, l’énergie qu’ils ont déployée et la passion qui les habitait. Marc Dupré, Marie-Mai et Jean-Pierre Ferland sont des amis de la grande famille TVA et Ariane Moffatt s’est très bien intégrée à ceux-ci.  La chanteuse a démontré beaucoup d’émotion et de passion tout au long de la soirée et c’est même l’une de ses chansons (Point de mire) qui a été utilisée pour lancer cette première saison de La Voix au Québec. Charles Lafortune, dans son rôle d’animateur, s’est fait plutôt discret tout au long de la soirée, ce qui était conforme au concept original et très convenable dans les circonstances. Il arrive parfois que le beau Charles en donne plus que le client en demande et sa prestation ici était bien dosée, tant mieux!

Au final, je dirais que le show a été mené avec beaucoup de rythme et d’entrain et le résultat était très agréable. Les fils Twitter et Facebook ne dérougissaient pas tout au long de la soirée et à lire les commentaires, je ne suis pas le seul à avoir aimé.

Je me répète, il faut aimer les moments touchants préfabriqués pour embarquer dans la folie de La Voix, les familles et amis sont dans les coulisses à espérer que les candidats soient choisis et ceux-ci ont tous un petit quelque chose qui les rend uniques. Si vous êtes capables de faire abstraction de cette mise en scène pas très subtile, vous devriez vraiment apprécier La Voix version québécoise. Rien n’a été négligé et gageons que TVA va gruger une grosse part de cotes d’écoute du dimanche soir, n’en déplaise au roi Guy A. et à son fou!

(On se reparle de tout ceci au prochain épisode!)

 


Partagez cet article dans vos réseaux sociaux


Cet article a été publié dans Blogue Ajouter aux Favoris le permalien |

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>