Saignons des yeux: les pires vidéoclips québécois de 2012

 Saignons des yeux: les pires vidéoclips québécois de 2012

Mario l’emporte sans la moindre hésitation, témoignant d’une telle charge émotive qu’il se répond à lui-même.

Le temps des bilans continue et tel que promis, je deviens incisif (ma résolution aura tenue un bon 24 heures). Voici donc le moment de déterrer les 5 pires (lire: mémorables) vidéoclips québécois de l’année 2012.

Je vous épargne Marie-Élaine Thibert et Jonathan Roy qui, par leur longueur, nous endorment à défaut de nous faire rire (et je ne dis pas ça positivement, j’aurais préféré minimalement parvenir à me divertir). Surtout, je ne sais pas si je me remettrai un jour de la performance du gagnant de cette année. Allez le voir, j’insiste. Votre vie en sera bonifiée.

Le choix n’a pas été facile et je me suis limité à 5 (avec 3 primes bien méritées) pour éviter les dommages permanents, mais j’attends fébrilement vos suggestions complémentaires!

 

5. Barby: Pressure 

La pression n’est pas tant de savoir connaître le succès musical comme de comprendre où regarder la caméra.

 

4. Thierry Voice: My Heart Will Go On

Émotion palpable, effets visuels avant gardistes, mise en scène innovante et une élocution parfaite mettent en valeur le talent d’interprète indéniable de cette nouvelle star du web. Même Céline emboîte le pas.

 

3. Dominique Nadia Villemaire: Poupoune un jour, poupoune toujours

Définitivement, le texte engagé était à l’honneur cette année avec tous les événement socio-politiques vécus au Québec. Il y est clairement inscrit que ce vidéoclip a été fait dans la bonne humeur et accepte de nous faire rire. Une chance, parce que je ne vois pas comment faire autrement.

 

2. Éric Lapointe: Brume de ta bouche

Incontournable. Celui là a joué en boucle toute l’année et non sans raison. Un vidéo de calibre international qui nous fait voir la star sous son meilleur jour, titubant en tentant de descendre d’un bateau, mettant en valeur ses plus belles breloques sous fond de teint du sud, mais surtout ces paroles qui collent à la peau comme un « jelly fish » qui nous arrache le poil. Je cite: « Que les morveux se mouchent, que les autres se touchent, les brumes de ta bouche, seront toujours mouillées ». Oui Monsieur, ce sont les mots à dire d’une voix éraillée pour charmer toute dame qui se respecte.

 

1. Mario Benjamin: Ces enfants-là

Je suis subjugué. Sincèrement. Message intemporel, texte engagé, une interprétation assumée, du stylisme digne des plus grands films et plusieurs carrières de renom au cinéma hollywoodien à prévoir. Le texte (et les cris) débutent à 1:47. Soyez prévenus. Si vous atteignez la fin, vous serez récompensé par un choeur d’enfants et un personnage troublant. Deux points supplémentaires pour le descriptif du vidéo que vous trouverez sur YouTube.

 

Mentions honorables thématiques en prime!

Catégorie « Chanson à répondre »

Vous connaissez le couple Annie Dufresne + Renaud Lefort? Sinon, vous pouvez faire comme moi et les rencontrer par le biais de ce rap amoureux qu’ils ont créé l’un pour l’autre cette année. Oui, Renaud a étrangement senti le besoin d’offrir un fantastique photo-montage lui déclarant son amour, ce à quoi elle a, comble de bonheur, répondu par un autre encore plus explicite. Les deux tourtereaux n’auront plus aucun secret pour vous. Je vous laisse entrer dans leur vie.

 

Catégorie « Temps des Fêtes »

David Nelson O.: Célébration de solstice sentimentale

Laissez-vous emporter par la magie des Fêtes. Vous savez votre oncle déplacé qui met tout le monde mal à l’aise? Cet enregistrement véhicule parfaitement le sentiment.


Partagez cet article dans vos réseaux sociaux


Cet article a été publié dans Blogue Ajouter aux Favoris le permalien |

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>