Salomé Leclerc réussit sa rentrée

 Salomé Leclerc réussit sa rentrée

Elle se disait nerveuse et impressionnée, mais il n’en paraissait rien : l’auteure-compositrice-interprète Salomé Leclerc a livré un superbe tour de chant hier soir au Théâtre Le National, à Montréal, devant une foule ravie, charmée et attentive à chacun de ses mots. La jeune femme a un aplomb sans prétention, celui de celle qui a confiance dans ses moyens et qui fait honneur aux intenses chansons de son premier album.

Salomé utilise bien les mots. Sa poésie est personnelle et intime sans jamais tomber dans le mélodrame ni les débordements pleurnichards. Pourtant, on comprend à travers les textes que ces chansons ne lui sont pas venues dans des moments de gaieté. Ne reviens pas, Love naïve love, Caméléon nous enfoncent dans l’abîme des amours déchus, ceux qu’on repousse avec véhémence lorsqu’ils nous ont déçus.

 Salomé Leclerc réussit sa rentrée

Son seul album jusqu’ici, « Sous les arbres » publié l’automne dernier chez Audiogram, en est un où l’on frôle l’intimité de l’auteur, à la façon de Philippe B (qui a contribué à quelques titres), Avec pas d'casque ou Françoiz Breut. Une douleur sublimée dans des ambiances où le silence joue autant son rôle que la musique. Il fallait la voir, sur scène, égrener doucement chaque note de la fin d’un arpège sur sa belle grosse Epiphone électrique nous laissant savourer le moment, nous laissant digérer la scène décrite. Son inspiration, puisée chez Cat Power, Feist, Émilie Loizeau (réalisatrice de son album) et Sophie Hunger, dont elle reprend la reprise du magnifique « Le vent nous portera » de Noir Désir, la sert bien. Elle a appris d’elles la retenue dans l’émotion, la puissance dans la lenteur.

De PJ Harvey, elle a appris à livrer un rock plus solide, en formation « band ». Ses complices de tournée (le toujours excellent Philippe Brault à la basse, la guitare et au bass drum, Liu-Kong Ha (de Random Recipe) aux percussions et Benoît Rocheleau au trombone, piano et percussions) lui ont créé un canevas qui jumelait intensité et parcimonie pour permettre à la jeune artiste de 25 ans de livrer avec clarté et émotion chaque note qui sortait de sa bouche et de sa guitare. Le seul bémol qu’on peut lui adresser est peut-être le fait de souvent nager dans les mêmes eaux troubles, dans le même sentiment – un peu comme Cat Power à ses débuts —, mais c’est également à son honneur d’avoir conçu un album entier sur un même thème, explorant à fond un territoire. Mais en ayant des modèles comme Feist et PJ Harvey, Salomé Leclerc explorera sans doute d’autres chemins, d’autres ambiances, d’autres émotions au fur et à mesure que son vécu la bousculera, en espérant qu’elle nous partagera ses prochains états d’âme avec la même passion, quand bon lui semblera.

 Salomé Leclerc réussit sa rentrée

Prochains spectacles de Salomé Leclerc

Photos © Nicolas Pelletier
Autres photos sur la fan page Facebook d’enMusique.ca : cliquez ici


Partagez cet article dans vos réseaux sociaux


Cet article a été publié dans Blogue Ajouter aux Favoris le permalien |

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>