Téléchargement et assurance-emploi.

 Téléchargement et assurance emploi. Comme nous l'apprenait La Presse ce matin, le Québec, qui faisait longtemps figure de village gaulois résistant à l'envahisseur numérique, commence de plus en plus à succomber aux charmes du téléchargement et les amateurs de la belle province se tournent dorénavant en grand nombre vers internet pour acheter la musique de leurs artistes préférés.

Quand on dit que le malheur des uns fait le bonheur des autres…

(photo : Winterberg)

J'ai appris aujourd'hui que ce virage, lent, mais inéluctable, venait d'enlever leur emploi à d'anciens collègues à moi, et j'aimerais, si vous me le permettez, leur lever mon verre aujourd'hui pour leur souhaiter bonne chance et bon courage.

Non, non, je ne cherche pas à vous faire pleurer, même que d'une certaine façon je suis heureux que toute la musique s'en aille tranquillement vers le web, c'est tellement plus simple de cliquer pour se procurer ses chansons préférées!

C'est juste plate pour toutes les personnes qui travaillent chez les distributeurs, les départements de musique des grands magasins, les employés de magasins de disques, etc.

C'est spécial de penser que mes (futurs) enfants ne connaîtront certainement pas le concept d'aller au magasin pour acheter un « album »!

Pas de progrès, pas d'avancement et pas d'avancement, pas de progrès ça l'air!

Et vous, l'avez-vous pris le virage numérique? Avez-vous visité, par exemple, la boutique en ligne de Sympatico?

Bon, on s'entend que le design du site n'est pas extraordinaire, mais il y a du bon matériel à se procurer et quelques trucs gratuits assez intéressants, c'est peut-être un bon incitatif pour tenter l'expérience?

En attendant, à tous ceux qui sont victimes des changements technologiques et qui voient leur vie chambouler, et ce, dans quelque domaine que ce soit, cette grosse frette est pour vous!


Partagez cet article dans vos réseaux sociaux


Cet article a été publié dans J'lève mon verre. Ajouter aux Favoris le permalien |

Commentaires

5 Commentaires

  1. Mylène
    Le 29 janvier, 2009 à 15:54 | Permalien

    Pour ma part, je vois 2 côtés à ce virage technologique… oui, c’est plus facile, à portée de souris en tout temps, etc… mais j’avoue que je vais être super déçue la journée où je ne pourrai plus avoir un cd entre les mains et découvrir la pochette… J’ai fait le virage technologique, j’ai acheté des chansons dans les boutiques en lignes, mais c’est pour une chanson de temps en temps, pas pour des albums complets. J’adore découvrir le contenu des pochettes des albums que j’achète, j’aime ça regarder les photos, lire les paroles et découvrir les différents concepts utilisés… je ne pense pas que je retrouverais tout ça si c’est complètement virtuel…

  2. Yan
    Le 29 janvier, 2009 à 19:17 | Permalien

    J’me souviens des bonne vieilles cassettes 8 pistes dans le luxueux et presque neuf ThunderBird ’77 de mon père. Le « Ô Mammy… » de Roger Whitaker jouant le volume à 11. Les années passèrent et, encore dans le vieux Thunderbird ’77 de mon père, l’adaptateur de 8 pistes à 4 pistes fit son aparition avec le « Blue suede shoes… »de Elvis le volume toujours à 11 parce que le bouton est pêté. Du bon vieux « Je m’appelle Picotine… » sur des vieux 45 tours qu’on s’amuse à faire tourner à 33. En plus y griche parce que je suis trop ti-cul pour faire attention. J’me souviens aussi des CDs avec lesquels on faisait des sous-vers. En plus ça faisait de belles flamèches dans un appareil que l’on appellait « four à micro-ondes ». Nous autres, fallait prendre l’autobus pour aller à l’école et en plus, fallait la reprendre pour revenir…
    -Yan 2045

  3. Vince
    Le 29 janvier, 2009 à 21:50 | Permalien

    Pour ma part, j’adore le virage technologique.
    Par contre, un peu comme Mylène le souligne, j’aime aussi regarder les pochettes d’album. Avec iTunes, certains albums ont la pochette en format électronique, mais c’est pas tout à fait comme regarder une vraie pochette.
    Mais ce qui m’agace le plus dans le virage technologique, c’est le manque de cohérence entre les différents magasins virtuels. Certain offre des chansons qui fonctionne seulement un certain nombre de fois, d’autre un certain temps comme une location de film dans un club vidéo, ou bien un format propriétaire où tu es pris à utiliser certain logiciel et appareil portatif en particulier. Il y a toujours moyen de contourner cette dernière difficulté, mais c’est un peu décevant d’acheter un album et être obliger de passer toute les chansons dans un autre logiciel pour les réencoder en MP3 conventionnel. C’est décevant et ça devient illégal. Donc on se force à payer pour notre musique en ligne, mais sur un autre côté, on a pieds et mains liés.
    L’autre petit désavantage est que ça prend quand même pas mal de place sur un disque dur, et que si tu ne veux pas tout perdre, il faut faire des grosses copies de sécurité; quand tu as plusieurs dizaines de GB de musique numérique, ça devient une corvée. Mais tu n’as pas vraiment le choix, parce qu’un disque dur peut briser à tout moment et tu peux perdre toute ta collection de musique.

  4. Mylène
    Le 29 janvier, 2009 à 23:39 | Permalien

    Vince a raison pour les copies… Je lisait sur un site quand j’ai acheté une chanson l’autre jour et ils recommandaient de la brûler sur un cd pour en garder une copie et ne pas perdre notre achat… alors pourquoi pas simplement conserver le bon vieux cd si de toute façon, faut le mettre dessus ou s’acheter 50 disques dur pour tout garder… avant on avait des boites à chaussures pour garder nos photos et des étagères pour nos cd… là ça nous prend disque dur après disque dur et faut en plus faire des copies de sécurité de tout ça pour rien perdre…
    Et les seules chansons que je ne peux plus écouter sont celles que j’ai acheté sur un site qui n’a pas toléré mon changement d’ordinateur… par chance j’en avais pas beaucoup de cette sorte là…
    Bravo pour le virage technologique… mais il reste du travail à faire…

  5. Mr.B
    Le 2 février, 2009 à 10:00 | Permalien

    …et vive la musique électronique, à la fine pointe de la technologie, qui imprime encore des vinyls….

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>